Les images du blindé belge qui a roulé sur un engin explosif au Mali

13.01.2020 0 3277

Le Dingo des soldats belges blessés au Mal
La défense

Le parquet fédéral a ouvert une enquête pour terrorisme après qu'un engin explosif improvisé (IED) eut blessé légèrement deux militaires belges au Mali le 1er janvier, a indiqué lundi le capitaine de vaisseau Carl Gillis, responsable de la division Opérations de la Défense. "Nous avons fourni toutes les informations au parquet fédéral qui va envoyer une commission rogatoire sur place.” Par ailleurs, la Défense a partagé des images du véhicule belge après l’explosion, dont l’avant a été complètement détruit.

La Défense a apporté lundi, lors d'une conférence de presse à Hervelee, davantage d'explications sur l'incident qui s'est produit le 1er janvier à 11h10 (10h10 heure locale) dans les environs de Tessit, à 150 kilomètres environ au sud de Gao. Ville dans laquelle se trouvent 69 militaires du bataillon Istar de Hervelee, stationnés au Mali dans le cadre de la mission de l'Onu, la Minusma.

Une colonne belge composée de huit véhicules a dû, lors d'une patrouille, quitter la route à cause d'un obstacle. Le premier véhicule, avec huit militaires à bord, a roulé sur l'engin explosif. Un soldat a perdu conscience tandis qu'un deuxième a été frappé à la tête et souffre probablement d'une commotion.

"Les militaires touchés ont immédiatement reçu les soins nécessaires et ont été emmenés dans les deux heures à l'hôpital militaire français de Gao", a expliqué M. Gillis. Outre les deux blessés, un troisième soldat belge a été emmené à l'hôpital car il ne se sentait pas bien. Tous trois ont entretemps quitté l'établissement hospitalier.

Malchance

Après des contrôles médicaux et psychologiques, il a été décidé que les soldats affectés pouvaient rester au Mali. Ils ont déjà mené leur première patrouille de jour depuis l'incident.

Le véhicule blindé dans lequel se trouvaient les militaires, un Dingo II, a pu être récupéré mais il a été considérablement endommagé. "L'avant est complètement détruit", a signalé M. Gillis. La cage dans laquelle se trouvaient les soldats est elle intacte.

La Défense belge semble avoir été victime de malchance car peu avant les véhicules belges, deux colonnes allemandes étaient passées sur les lieux de l'incident. Il est en outre apparu que l'IED sur lequel a roulé le véhicule était très étroit. A un demi-mètre près, l'engin n'aurait pas explosé.